ҪA BOOSTE sous les PAVÉS (Radio Libertaire 89.4 Mhz)

13 janvier 2021

ELOI MACHORO syndicaliste et militant indépendantiste kanak 12 01 21 1/6

Classé sous ҪA BOOSTE SOUS LES PAVÉS — SQUALE @ 16 h 50 min

autocollant 1

 

 

images

 

ça booste va entamer une série d’émission autour du syndicaliste et militant Eloi Machoro, assassiné le 12 janvier 1985 36 ans jour pour jour avec l’émission diffusée sur radio libertaire. Ce 1er volet s’articule autour de la genèse Kanak.

Ce travail autour de la personne d’Eloi est un documentaire sonore réalisé en 6 parties par Benoit Godin qui s’intitule « le combat ne doit pas cesser « .

 

RETROUVEZ ҪA BOOSTE SOUS LES PAVÉS SUR

 

http://mixcloud.com/skuale/

ou

http://mixcloud.com/radiolibertaire/

 

 

 

ill_4438076_b02b_000_arp1220953_1_

 

 

 

Un documentaire sonore autour d’une figure trop méconnue des luttes anticoloniales : le leader indépendantiste kanak Eloi Machoro.

Le samedi 12 janvier 1985, près de la commune de La Foa, située à une centaine de kilomètres de la capitale de la Nouvelle-Calédonie Nouméa, Eloi Machoro tombait sous les balles des forces de l’ordre françaises, et avec lui son compagnon de lutte Marcel Nonnaro.

Dès lors, l’image du « vieux » Eloi devenu martyr allait se figer en celle d’un chef de guerre radical et intransigeant, refusant toute compromission. Une représentation largement partagée aussi bien par ceux qui le célèbrent aujourd’hui tel un incorruptible Che Guevara mélanésien, et que par ceux qui le honnissent comme un extrémiste haineux, hors de contrôle, en rupture avec une partie de son propre camp, déterminé à renvoyer les « européens » à la mer…

Les faits sur lesquels s’est bâtie cette légende, sombre ou dorée selon les interlocuteurs, tiennent pour l’essentiel en quelques semaines à peine. Des semaines troublées et sanglantes, de septembre 1984 jusqu’à la mort de Machoro, qui constituent la première période de ce qui est resté dans la mémoire néo-calédonienne comme les « Événements » —un terme qui rappelle forcément l’histoire d’une autre colonie française de peuplement, l’Algérie.

Des semaines où Eloi Machoro, devenu ministre de la sécurité du Gouvernement Provisoire de la République de Kanaky, va mener sur le terrain les forces vives du FLNKS, le Front de libération nationale kanak et socialiste, et réaliser de puissants coups d’éclat. Ainsi le spectaculaire bris au tamioc (une hache traditionnelle) d’une urne électorale à Canala lors du boycott des élections territoriales, dont la photographie fera le tour du monde, devenant instantanément le symbole de la lutte de tout un peuple. Mais aussi le « siège », pendant plus de vingt jours, de la commune minière de Thio, sur la côte est de la grande terre.

 

Un travail de mémoire inédit, pour ici et là-bas

Trente-cinq ans après, ce documentaire sonore en 6 épisodes reviendra sur la personnalité d’Eloi Machoro et son exceptionnelle trajectoire à travers entretiens, sons d’archives (dont certains inédits), déclarations et textes d’époque.

Un travail, encore jamais entrepris à notre connaissance, pour mettre en lumière une figure essentielle de la cause kanak et, plus largement encore, de l’universel combat des peuples autochtones pour leur émancipation. Et ce en prenant soin de chercher à dissiper les malentendus, pour offrir un portrait nettoyé des fantasmes persistants, permettant ainsi une réelle (re)connaissance de l’homme.

Mais il s’agira aussi de dépasser le récit de ce seul destin personnel pour rendre compte de toute l’effervescence de cette époque durant laquelle se fait jour véritablement une identité kanak, culturelle et politique. Le parcours d’Eloi Machoro épouse en effet l’émergence de cette formidable lutte collective pour la Kanaky, depuis la montée de la revendication indépendantiste jusqu’à la création du FLNKS.

 

Faire œuvre de mémoire est une démarche toujours essentielle, mais plus encore alors que se joue, inlassablement, le devenir de l’archipel néo-calédonien et, à travers lui, tout particulièrement, celui du peuple kanak. 

 

Ce projet au long cours a été lancé fin 2018. L’essentiel des entretiens —représentant une quarantaine d’heures au total— ont été réalisés dans l’archipel l’an dernier : un patient travail de récolte de la parole, étalé sur quelques 4 mois. Le montage des 6 épisodes est aujourd’hui en cours.

 

Nous les avons interviewé-es

Compagnons de lutte d’Eloi Machoro, membres de sa famille, figures de la lutte d’indépendance kanak, témoins de l’époque, historiens… Parmi lesquels :

Caroline Machoro-Reignier, Louis Machoro, Emmanuel Tjibaou, Maguite Declerc, Arthur Upan Maramin, Gaétan Soma Douade, Marie-Adèle Jorédié, Victor Nonnaro, Berger Pérignon, Yvon Kona,  Jean-Pierre Taïeb Aïfa, Olivier Houdan, Régis Toura, Gérald Cortot, Gaston Nédenon, Ismet Kurtovitch, Thomas Dathieux, Luc Tournabien, Aloisio Sako, Gustave Tehio, Camille Ipéré, Elie Poigoune…

Pourquoi cet appel ?

Ce travail s’inscrit  dans une démarche militante anti-coloniale et il est jusqu’à présent totalement auto-produit. Nous ne tirons aucun revenu de la réalisation de ce documentaire.

L’ADCK (Agence de Développement de la Culture Kanak) a fortement soutenu le projet, mais ce soutien était matériel et logistique : accès à leur fond d’archives, accompagnement sur le terrain…

Nous avons donc désormais besoin d’un coup de pouce financier pour le mener à terme. 

Nous avons besoin de votre aide en particulier pour:

  •  L’achat d’archives audio-visuelles, auprès de l’INA essentiellement. Ce qui représente un budget important.
  • La rémunération de personnes « extérieures » au projet. En particulier le comédien qui sera la voix off du documentaire, notre « narrateur » en quelque sorte.
  • La diffusion : organisations de séances d’écoute publique, impression d’affiches… Mais aussi la sortie d’un CD et/ou d’une clé USB contenant l’ensemble des émissions, accompagné d’une pochette sérigraphiée.
  • Le remboursement d’une petite partie des frais de tournage et des frais de fonctionnement de l’association naissante.

 

L’objectif premier de votre participation est que le documentaire puisse être terminé et diffusé dans les meilleures conditions, le plus largement possible, en France comme en Nouvelle-Calédonie.

Tous les participants recevront les liens vers les podcasts dès qu’ils seront en ligne.

Pour toute  participation égale ou supérieure à 20 €, vous recevrez le documentaire sur CD ou clé USB avec la pochette sérigraphiée.

 

Qui sommes-nous ?
Formé à l’ESAV de Toulouse, investi dans le monde de la radio depuis une dizaine d’années, Benoît Godin est actif au sein de plusieurs radios et webradios associatives toulousaines (Canal sud, FMR, Onde courte…). Entretenant des liens forts avec la Nouvelle-Calédonie où il s’est rendu de nombreuses fois, il réalise là son premier grand documentaire sonore.
Simon Auffret, lui aussi ancien de l’ESAV, signe les créations musicales originales, ainsi que le mixage du documentaire. Dj et beatmaker sous le pseudonyme de Sahimone, il habite aujourd’hui à Varsovie (Pologne) où il anime deux émissions consacrées à l’électro sur Radio Kapitał.

 

L’association Lampe-Tempête est l’outil qu’ils ont créé pour développer leurs explorations audio-visuelles.
https://soundcloud.com/lampetempete/

 

Dernière minute : le comédien Iabe Lapacas rejoint l’aventure. Lui qui a interprété Alphonse Dianou, autre figure importante du combat kanak des années 80, dans le film de Mathieu Kassovitz « L’ordre et la morale » prêtera sa voix pour raconter l’histoire d’Eloi Machoro.            

 

La lutte du peuple kanak n’est pas achevée
La lutte d’indépendance menée par les Kanak se poursuit aujourd’hui encore. La prochaine grande étape, c’est le second référendum d’autodétermination : initialement prévu pour le 6 septembre, celui-ci devrait se tenir finalement, suite à la pandémie de Covid-19, le 4 octobre prochain.

Pour en savoir plus, vous pouvez aller lire en ligne l’article écrit par l’auteur de ce documentaire et paru dans le numéro de janvier du journal CQFD« Voyage au bout de l’indépendance » (CQFD n°183)

Ainsi que vous référer au site web du collectif Solidarité Kanaky qui soutient en France la cause kanak : https://solidaritekanaky.fr/

 

images

 

Les commentaires sont desactivés.

Comité de solidarité avec l... |
Antisaidani |
Petite-Forêt-Ensemble-Autre... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | حركة شباب الكرامة | MJD
| Saint-Pol AVENIR 2014
| Collectif Palestine Libre